[13 minutes de lecture]

Le Camino Mozárabe est un chemin de randonnée s’étendant sur 400 kilomètres dans le Sud de l’Espagne, de Grenade à Mérida. Il s’agit de l’un des nombreux chemins annexes qui forment l’immense réseau de St Jacques de Compostelle, offrant l’opportunité exceptionnelle de partir à la découverte des richesses naturelles, culturelles, et historiques à côté de chez soi. Alors, ça vous dirait de m’accompagner sur la dernière étape de ce voyage de 3 000 km à travers l’Europe ?

[11 minutes de lecture]

Dans le cadre de ma randonnée de 3 000 km sur les chemins de St Jacques de Compostelle, je me suis séparé des itinéraires officiels le temps d’une étape, pour improviser un trajet de 400 km de Lisbonne (Portugal) à Mérida (Espagne). C’est cette expérience de voyage spontanée et authentique que je souhaite vous partager ici, accompagnée de quelques conseils qui peuvent s’avérer utiles à tout.e voyageur.se engagé.e dans un projet d’itinérance non motorisé, que ce soit à pied, à vélo ou à cheval.

[14 minutes de lecture]

Le Caminho Português est la principale voie du pèlerinage de Compostelle au Portugal. Il s’étend sur 600 kilomètres de Lisbonne à Santiago, et est le deuxième chemin le plus emprunté parmi cet immense réseau d’itinéraires répartis partout en Europe. Dans la continuité de mon voyage à pied, j’ai entrepris d’y marcher à contre-courant et en hors-saison, pour poursuivre ma traversée de la péninsule ibérique vers le Sud. Je suis donc parti par une journée pluvieuse de novembre, le cœur ouvert à toute éventualité, et c’est cette expérience de voyage sincère et spontanée que je vous propose ici, à la découverte du Portugal et de ses habitants.

[12 minutes de lecture]

Le Camino Francés (« Chemin Français ») est l’une des voies mythiques par lesquelles des milliers d’êtres humains entreprennent un jour de traverser une petite partie du monde à l’aide de leurs deux seules jambes. Il s’agit du principal chemin affluant vers Santiago, et de l’itinéraire de longue distance le plus emprunté au monde (176 118 pèlerins en 2016). Malgré son nom, il s’étend sur 800 kilomètres dans le Nord de l’Espagne, de St Jean Pied de Port à l’Est, à Santiago de Compostela (St Jacques de Compostelle) à l’Ouest. C’est en partie pour cette raison, motivé par l’envie de découvrir ce chemin légendaire de façon plus intime, que j’ai entrepris cette pérégrination en automne, et c’est cette expérience du Camino que je vous invite à vivre avec moi dans cet article. Alors, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un ¡buen camino!

[12 minutes de lecture]

En revenant de Nouvelle-Zélande dont j’avais passé 6 mois à explorer les environnements sauvages à pied, je me suis rendu compte que je connaissais désormais bien mieux ce pays à l’autre bout du monde que les régions où je vivais. Pour apprendre à connaître mon propre voisinage, j’ai donc entrepris de traverser une petite partie de l’Europe sur les chemins de St Jacques de Compostelle, qui du statut de pèlerinage est devenu aujourd’hui un immense réseau de randonnée, dont les itinéraires s’étendent aux quatre coins de l’Europe. Voici donc un compte-rendu de ma première étape à travers la France, 800 km sur la Voie de Tours, ou comment voyager en toute simplicité à travers les paysages de nos campagnes.

[26 minutes de lecture]

Te Araroa, que l’on pourrait traduire en français par « Le Long Chemin », est le nom du trail de longue distance traversant sur 3 000 km l’intégralité des deux îles de la Nouvelle-Zélande, ou Te Aotearoa en Maori (« Le Pays du Long Nuage Blanc »). Le Te Araroa est un trail unique dans le monde du thru-hiking, car il a la particularité de non seulement explorer les environnements naturels de la Nouvelle-Zélande, mais aussi l’aspect culturel et historique du pays. Par ailleurs le trail traverse également de nombreuses villes, dont les deux principales du pays, Auckland et Wellington, et propose ainsi une expérience fondamentalement différente de la marche en nature, mais néanmoins extrêmement intéressante sur un tout autre plan : celui de l’Humain et de la culture actuelle. Cependant cet aspect se révèle rédhibitoire pour de nombreux.ses marcheur.se.s à la recherche d’une expérience immersive dans la nature sauvage du pays, et il est vrai que les parties sur route sont encore bien trop présentes, en particulier dans l’Île du Nord. Il n’en demeure pas moins que le Te Araroa est la manière la plus authentique de découvrir ce pays magnifique, et pour peu que vous soyez prêt.e à vous lancer dans l’inconnu le sourire aux lèvres et le cœur ouvert à toute éventualité, il saura bien vous le rendre.

[35 minutes de lecture]

Sur l’Île du Sud le Te Araroa nous propose un parcours plus sauvage, plus engagé, et surtout plus proche de ce que l’on a l’habitude de voir sur un « trail de longue distance » : de petits sentiers serpentant à flanc de montagnes, escaladant des sommets et des cols, et traversant les prairies immenses et désertiques où l’Homme a le sentiment de n’être qu’un invité, toléré pour quelques temps, mais retrouvant vites ses instincts d’animal lorsque la tempête arrive. Le Te Araroa y prend alors une toute autre envergure. Il ne s’agit plus d’aller à la rencontre des autres, mais d’aller à la rencontre de soi, et de creuser le sillon de sa propre existence à travers les paysages grandioses et solitaires qu’ont à nous offrir les Alpes néo-zélandaises.

[8 minutes de lecture]

Le thru-hiking est la discipline reine de la randonnée. Il s’agit du défi passionnant qui consiste à parcourir de bout en bout un trail (« sentier ») de longue distance, à travers une région de grande envergure, un pays entier, voire plusieurs. Compte tenu des distances énormes couvertes par ce type de trail, le.a randonneur.se est amené.e à marcher dans des milieux extrêmement divers, et à véritablement partir à la découverte du monde à l’aide de ses deux seules jambes.
L’idée vous tente ?… Alors suivez le guide !

[4 minutes de lecture]

« Marcher 3 000 kilomètres ?? J’y arriverais jamais à ta place ! »
Voilà la phrase que j’ai entendue des centaines de fois pendant et depuis que j’ai fini mon thru-hike du Te Araroa, trail de longue distance néo-zélandais. Et pourtant, je vous confirme que 99% des personnes qui me l’ont dite en seraient bien capables ! (les 1% restants n’étant dus qu’à mes préjugés encore tenaces…) Sur cet itinéraire de longue distance j’ai en effet eu l’occasion de rencontrer des personnes en surpoids, des grands-pères de plus de soixante-dix ans, des ados (moi compris), et toutes sortes de gens comme vous et moi : pas des athlètes, pas des héro.ïne.s. Alors oui, je vous confirme que c’est possible, et cet article est là pour vous expliquer comment vous préparer au mieux à l’effort de longue haleine qu’est le thru-hiking.

[18 minutes de lecture]

Après la préparation physique, le deuxième point déterminant pour la réussite d’un thru-hike est le poids du sac, qui est également LE point sensible, en particulier pour les randonneur.se.s traditionnel.le.s. En effet, beaucoup de randonneur.se.s ne parviennent pas mentalement à franchir le cap du sac léger, car en randonnée plus encore que dans un voyage classique, vous rentrez dans un univers nouveau où les codes ne sont pas les mêmes, et où l’on peut facilement perdre ses repères… Il est donc tout naturel de vouloir se rassurer en transportant beaucoup de matériel afin de recréer autour de soi une atmosphère familière. Mais cela devient rapidement une mauvaise habitude, et il est parfois très difficile d’en changer par la suite. Donc si vous débutez, autant le faire léger !